Vous êtes ici

La Photographie hongroise de l'entre-deux-guerres / Lajos Lengyel

La photographie hongroise de l’entre-deux-guerres dans les collections privées.

Lajos Lengyel
Rétrospective

du 11 octobre au 16 décembre 2001

Pour l’année de la Hongrie, la Maison Robert Doisneau souhaite offrir à ses visiteurs deux nouveaux projets d’envergure qui permettront de découvrir encore davantage le très riche patrimoine photographique hongrois.

La photographie hongroise de l’entre-deux-guerres dans les collections privées est la première des deux expositions programmées dans ce cadre. Ouvrant un large panorama d’auteurs, Angelo Pal Funk, Csik Ferenc, Danassy Karoly, Escher Karoly, Hevesy Ivan, Kalman Kata, Kemy Istvan, Kinszki Imre, MunkacsiMarton, et bien d’autres, cette exposition offre une sélection exceptionnelle de photographies. Rassemblant des images peu ou pas connues du public, cette exposition permet d’allier de grandes qualités esthétiques et une véritable cohérence historique grâce à la présentation des tirages d’époque. En rassemblant des photographies conservées aujourd’hui dans différents pays, cette exposition offre une occasion rare de redécouvrir un patrimoine précieux et prestigieux.

La rétrospective Lajos Lengyel est la seconde exposition de ce double projet. Ce volet monographique complète judicieusement l’exposition précédente en proposant la découverte approfondie de l’un des photographes très actifs dès la période de l’entre-deux-guerres. Inventif, Lajos Lengyel a exploré jusqu’à sa mort en 1978 toutes les possibilités offertes par le médium photographique. Depuis les premières images d’inspiration humaniste jusqu’aux expérimentations inspirées par la lumière et toutes ses incidences, il poursuit une carrière des plus créative. l’oeuvre de Lajos Lengyel se présente comme totalement originale, riche et diverse, réinterprétant astucieusement plusieurs influences de l’époque.
Annie-Laure Wanaverbecq

 


Cheminée de bateau, vers 1930
© Gyula Pap

 


Ernö Weisz, ouvrier d’usine, 1932
© Kata Kálmán

 


vue de l’exposition rétrospective de Lajos Lengyel
© CAVB