Vous êtes ici

Expositions à venir

Philippe Bazin / Christiane Vollaire

Qui est "nous" ?

 du 4 octobre au 10 novembre 2019

dans le cadre de L’engagement, une manifestation nationale organisée par le Réseau Diagonal en partenariat avec le Cnap et le soutien du ministère de la Culture-DGCA et de l’ADAGP - Copie Privée.

L’engagement et la collaboration de Philippe Bazin et de Christiane Vollaire se sont construits au fil de leurs recherches sur différents sujets.
L’œuvre photographique de Philippe Bazin questionne la normalisation institutionnelle, évacue les systèmes médiatiques et se distingue des schémas visuels dominants pour adopter d’autres protocoles de prises de vues.
L’œuvre écrite de Christiane Vollaire se définit quant à elle, comme une philosophie de terrain, attentive à des réalités qui ne sont pas traditionnellement attribuées à la discipline philosophique.L’exposition de la Maison Doisneau présente trois séries qui les réunit, trois approches documentaires radicales et innovantes où s’organisent images, entretiens et analyses.

 


Travailleuse sociale marocaine dans un centre d’accueil de jour pour réfugiés,
Thessalonique, juillet 2017.
© Philippe Bazin

invitation vernissage à télécharger

 

André Kertész

Marcher dans l'image

du 22 novembre 2019 au 9 février 2020

dans le cadre de la saison André Kertész

Si plusieurs générations de photographes se reconnaissent une dette envers Kertész, c’est parce qu’il a légué une œuvre singulièrement innovante, construite à l’écart des courants et des commandes.
Cette œuvre a fait l’objet de nombreuses études, mais sa pratique du 24x36 demeure étonnamment indistincte et méconnue. Or, pour reprendre les mots de John Szarkowski (conservateur du MoMa de New York) : « plus peut-être que tout autre photographe, André Kertész a compris l’esthétique particulière de l’appareil portatif et l’a rendue manifeste ».
Kertész se dote en effet d’un Leica dès 1930. Avec cet appareil, l’œil du photographe ne se concentre plus sur un dépoli mais se projette dans un cadre qui se juxtapose à son champ de vision. Le viseur permet ainsi au regard de chercher ses repères dans l’image pendant que le corps prend ses appuis dans l’espace. En quelques saisons, André Kertész ouvre alors la voie à une nouvelle attitude : la déambulation photographique.

Une étude récente et inédite menée sur les négatifs originaux conservés par la Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine a permis de reconstituer pour la première fois la continuité chronologique des images que le photographe a prises entre 1930 et 1936 avec son Leica. Fruit de cette recherche, l’exposition présentée à la Maison Doisneau, accompagnée d’un ouvrage de référence publié par les éditions André Frère, propose de remonter à ce moment de la prise de vue et d’observer ces quelques pas de Kertész dans des images d’un genre nouveau.

Exposition coproduite par la Maison de la photographie Robert Doisneau et la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine
Commissaire : Cédric de Veigy

Programmation Saison André Kertész