Vous êtes ici

Claude Dityvon

 

Claude Dityvon
Un monde oublié

 

du 14 octobre 2010 au 30 janvier 2011

 

Le thème de l’homme au travail est récurrent dans l’œuvre de Claude Dityvon. Dès 1967 et 1968, il l’aborde magistralement à travers deux grands sujets, la pêche au chalut et les mineurs, puis jusqu’à la fin, il ne cessera de s’y intéresser, réalisant de grandes séries personnelles comme celle consacrée à la construction de la Bibliothèque nationale de France en 1993. Pourtant, comme beaucoup d’aspects de son travail, celui-ci reste peu connu, voire totalement inédit. Une première série de photographies sur ce thème a été présentée en 2005 au festival Visa pour l’Image de Perpignan et elle a été largement complétée pour concevoir l’exposition proposée aujourd’hui. Couvrant presque l’intégralité de sa carrière, de 1967 à 2005, et comportant de nombreuses photographies jamais exposées, cette imposante sélection souligne l’exceptionnelle modernité du photographe qui se traduit par des effets totalement nouveaux – choix des cadrages et des angles de vues, constructions faites d’ombre et de lumière, jeux de reflets - dans un genre qui se contente généralement d’un simple constat documentaire. Elle révèle également une véritable empathie de Claude Dityvon envers ces hommes laborieux qu’il respecte et dont les « regards fraternels » le touchent. En créant des images pleines de mystère et de poésie, où les corps semblent parfois animés par une véritable chorégraphie, en jouant de la lumière et des contre-jours qui magnifient leurs gestes, il rend à ces hommes un magnifique hommage photographique. Claude Dityvon invente des espaces dans lesquels il inscrit des signes qui lui sont propres, il organise à sa manière la réalité et exprime ainsi l’un des principes qui régit son travail : « Dans le corps, il y a tout le langage des significations de ce qu’est l’homme. Sa gaucherie, sa légèreté, sa lourdeur, son volontarisme. On apprend beaucoup de l’homme quand on sait regarder son corps. » (Claude Dityvon, Red Star, Paris, éditions Cercle d’Art, 1994, page 15). L’effort, la fatigue, la fierté, l’inquiétude ou la tension sont palpables parfois dans ces images, mais celles-ci demeurent pourtant intemporelles, le symbole ayant supplanté le simple témoignage. Sans nostalgie ni pathos, le « monde oublié » de Claude Dityvon nous livre un regard original sur le monde du travail propre à éveiller nos émotions et nos réflexions.
Annie-Laure Wanaverbecq

 

Avec tous nos remerciements à Madame Christiane Dityvon qui a apporté son aide précieuse et amicale à la réalisation de cette exposition.

 


Jeune mineur, Lens, 1968
© Claude Dityvon

 


Fenaison, Meyssac, Corrèze, 1977
© Claude Dityvon

 


Construction de la Bibliothèque Nationale de France, Paris, 1993
© Claude Dityvon